[Logo]
[Bienvenue] [Le Gisti ?] [Adresses] [Plan du site] [Recherche] [Aide]
[Idées] [Formations] [Pratique] [Le droit] [Publications]
     

Réseau éducation sans frontières

Rétention de Mme DIABY et de ses enfants :
Le juge « des libertés »
fait durer le scandale !

09/08/2005 — Dimanche 7 août, le juge des libertés du TGI de Bobigny a décidé de prolonger de cinq jours la rétention de Mme DIABY et de ses trois jeunes enfants.

Rappelons que cette jeune femme de nationalité guinéenne, mère de trois jeunes enfants et habitant Mainvilliers dans l'Eure et Loir a fait l'objet d'un arrêté de reconduite à la frontière pris par le préfet de ce département. La famille survit tant bien que mal depuis le 22 juillet dans les locaux exigus et mal adaptés du centre de rétention de Bobigny.

En France depuis 11 ans, mère de trois enfants nés en France, dont les deux plus âgés (4 et 5 ans) sont scolarisés à l'école maternelle Pierre de Coubertin, madame Fanta DIABY aurait dû être régularisée en application de l'article L313-11 (3° et 7°) du Code de l'entree et du sejour des étrangers et du droit d'asile et avoir ainsi la possibilité de donner à ses enfants des conditions de vie moins aléatoires.

Mais le sens de l'humain et les préoccupations sociales préoccupent moins le préfet de l'Eure et Loir que de remplir ses quotas de reconduite à la frontière et d'être bien noté par son ministre. On se souvient qu'il avait déjà, contre toute logique, expulsé il y a quelques mois un jeune étudiant d'Orsay, Eddy Kabuya, débouté du droit d'asile, l'éloignant ainsi au bout de cinq ans de sa sœur française.

Les conditions de rétention de Mme DIABY sont lamentables. Elles ont traumatisé un peu plus ses jeunes enfants, innocentes victimes d'une procédure administrative aveugle. Elles ont conduit il y a une semaine les autorités policières et judiciaires, alors que la mère devait accompagner à l'hôpital sa plus jeune fille, à prendre littéralement « en otages » les deux autres enfants, contraints à rester seuls au centre pendant deux nuits en attendant le retour de leur maman !

JP Dubois, président de la LDH, relevait le 3 août dans un courrier à Monsieur Sarkozy, ministre de l'Intérieur, que ces faits étaient « d'une particulière gravité » et intervenaient « au mépris de l'intérêt supérieur de l'enfant tel qu'il est défini à l'article 3.1 de la Convention Internationale des droits de l'enfant ».

C'est cette situation indigne qu'un juge des libertés a choisi de prolonger pour cinq jours supplémentaires, dans l'attente d'un laissez-passer émanant du consulat. Triste aboutissement d'une politique de plus en plus répressive dans la « patrie des Droits de l'Homme ».

Le RESF réclame la libération immédiate de Mme Fanta Diaby et de ses trois enfants et la délivrance, en application de la loi, d'un titre de séjour Vie privée et familiale afin qu'elle puisse travailler et que ses trois enfants puissent reprendre leur scolarité à la rentrée 2005.

Paris, le 9 août 2005

 

Réseau Education Sans Frontières / Réseau des militants, collectifs d’établissements, syndicats et associations pour l’information et le soutien aux jeunes scolarisés étrangers sans papiers / educsansfrontieres@free.fr / www.educationsansfrontieres.org C/o EDMP Impasse Crozatier 75012 Paris

70 organisations sont membres d’Éducation sans Frontières : Syndicats et associations... ADN (Association pour la démocratie à Nice), AMF (Association des Marocains en France), Association « En-Temps » (service des mineurs étrangers isolés), Association Française Janusz Korczak (AFJK), Association Intercapa Solidarité Etudiants Etrangers, Association Sar-Phirdem, ATTAC-France, CIMADE (service oecuménique d'entraide), Cinquième zone, Club UNESCO Terre Bleue (Charenton - 94), CNT (Confédération nationale du travail), Collectif Cetace (Créteil), Comité de défense des droits des sans-papiers (59), Collectif des sans papiers de Seine Saint-Denis (93), Collectif des sanspapiers des Hauts de Seine (92), Collectif des sans-papiers kabyles de France (CSPK), 3ème Collectif des sans-papiers de Paris, Collectif Unitaire de Défense des Elèves, Coordination nationale des sans-papiers, DAL (Droit Au Logement), Ecole Emancipée, Emancipation, Etudiants et Enseignants étrangers (Académie de Créteil), FASTI (Fédération des association de solidarité avec les travailleurs immigrés), Faut qu'on s'active ! (Boulogne sur mer), FCPE, FERC-CGT, FSU, G10 Solidaires Paris, GISTI (Groupe d'information et de soutien des immigrés), Groupe contre la criminalisation des familles de l'AITEC, (Association Internationale des Techniciens, experts et Chercheurs), Journal A Contre Courant politique et syndical (Mulhouse), Ligue des droits de l'homme (LDH), La ligue de l'enseignement, Mouvement contre le racisme et pour l'amitié entre les peuples (MRAP), RAJFIRE (Réseau pour l'autonomie des femmes immigrées et réfugiées), RCTS, Réseau Chrétiens Immigrés (RCI), Section Française de Défense des Enfants, SGEN-CFDT, SUBTERRA a.s.b.l., SUD Haute-Loire, SUD-Culture, SUD-Education, SUD-PTT, Syndicat de la Magistrature, UNL (Union Nationale Lycéenne), UNSEN-CGT/ Collectifs d'établissement... Lycée Jean-Jaurès (Châtenay-Malabry - 92), Comité de soutien des enfants tchétchènes de l'école Baudelaire - Paris 12, Lycée Suger (St-Denis - 93), Lycée Jean-Macé (Vitry - 94), LP Gustave Eiffel (Massy - 91), LP Florian (Sceaux - 92), CISéé (Lycée Utrillo, Stains - 93) / Soutiens... Alternative Libertaire, LCR, PCF, Les Verts


Voir aussi :

En haut

Dernière mise à jour : 9-08-2005 12:36 .
Cette page : http://www.gisti.org/ doc/actions/2005/vospapiers/08-09_diaby3.html


Bienvenue  | Le Gisti ?  | Adresses  | Idées  | Formations  | Pratique  | Le droit  | Publications
Page d'accueil  | Recherche  | Plan du site  | Aider le Gisti  | Autres sites

Comment contacter le Gisti