E. Refus de prélèvement ADN.

Novembre 2015, Paris : condamnation du soutien à des migrants en grève de la faim dans un centre d’hébergement
  • Les faits
    12 août 2015 : centre d’hébergement Pernety d’Emmaüs-Solidarité
    Les migrant⋅e⋅s sont en grève de la faim car aucune promesse faite par la Mairie, l’Ofpra et FTDA, n’est tenue. Pas de suivi administratif, pas droit de visite, suivi médical aléatoire, pas de cours de français, peu de tickets de métro... Ils et elles prennent contact avec trois personnes solidaires qui viennent constater la situation et tentent de rendre public leur mouvement. A l’appel de la direction du centre, des gendarmes mobiles déboulent dans l’immeuble.
    Les trois militants et l’interprète sont interpellés, retenus pendant 65 heures et incriminés.
    Communiqué, 15 août 2016, La chapelle en lutte
  • Novembre 2015 : condamnation
    Les trois militants (deux syndicalistes de SUD Culture et une membre de la Coordination des intermittents et précaires d’Île-de-France) sont condamnés à 4 mois de prison avec sursis et 1600 euros à verser aux parties civiles ainsi que 200 euros d’amende pour séquestration et refus de prélèvement ADN.
  • Lundi 6 février 2017 - audience à la cour d’appel de Paris

Rassemblement de soutien, place du Châtelet à Paris, lundi 6 février à 13H

SUD et Solidaires : appel à rassemblement de soutien, 6 février 2017

[retour en haut de page]

Dernier ajout : samedi 4 février 2017, 16:18
URL de cette page : https://www.gisti.org/spip.php?article5088