N° 122 de Plein droit, la revue du Gisti

Étrangers sans toit ni lieu

Il en va de la « crise du logement » en France comme de la « crise des réfugiés » en Europe : elle n’a rien d’une fatalité, mais résulte de choix politiques. Depuis des années, les pouvoirs publics refusent de s’attaquer à la cherté de l’immobilier et des loyers, encourageant au contraire le mouvement spéculatif et plongeant dans le mal-logement de larges couches de la population qui ont le sentiment d’être laissées pour compte, voire discriminées.

La pénurie ainsi orchestrée de logements accessibles accrédite l’idée qu’il n’y aurait « pas assez de place » pour tout le monde, et impose aux gestionnaires des diverses structures d’hébergement ou de logement et aux professionnels du travail social l’obligation de gérer la pénurie en faisant le tri parmi les publics. S’organise alors une concurrence entre les précaires, dont les étrangers et les étrangères – et plus particulièrement les sans-papiers, les mineur.es isolé.es, les travailleurs immigrés surnuméraires dans les foyers, les demandeurs d’asile – font les frais.

A l’absence de politique d’accueil répondent de nombreuses initiatives de bénévoles, voisins, riverains qui pallient la pénurie et parent au plus urgent. Mais cette solidarité citoyenne ne saurait masquer les défaillances de l’État dans la mission qui devrait être la sienne : fournir un toit, une place, à chaque habitant.e de ce pays, y compris celles et ceux qui viennent d’arriver.


Sommaire

Édito

Dossier : Étrangers sans toit ni lieu

  • Pas de place pour les étrangers ? | Violaine Carrère et Claire Lévy-Vroelant
  • Quand l’accueil se heurte aux logiques de police | Interview de Jean-Marie Boutiflat par Pascaline Chappart
  • Mineurs isolés, l’hôtel pour seule protection | Maud Angliviel et Solène Ducci
  • Ouvrir : l’accueil au Pays basque | Marie Cosnay
  • Des foyers aux résidences sociales : un racisme d’État | Michael Hoare
  • Cohabitation sous contrainte | Laura Guérin
  • Un sas de confinement pour les « dublinés » | Léopoldine Manac’h
  • Le « droit au logement »… pas pour tous | Julie Clauzier

Hors-thème

  • Quand la Géorgie se vide de ses femmes | Maroussia Ferry
  • La Cour de l’asile, une usine à décisions | Léo Berthe

Mémoire des luttes

Le focus juridique

  • La Cour de cassation évacue le droit à la protection du domicile |Patrick Henriot

Ont collaboré à ce numéro :

Véronique Baudet-Caille, Emmanuel Blanchard, Pauline Boutron, Violaine Carrère, Pascaline Chappart, Cécile Dazord, Nathalie Ferré, Nicolas Fischer, Elisabeth Graf, Noura Kaddour, Claire Lévy-Vroelant, Jean-François Martini, Antoine Math, Claire Rodier, Isabelle Saint-Saëns.

N° 122, octobre 2019, 48 pages, 10 € + frais d'envoi
ISSN : 0987-3260 10

[retour en haut de page]

Dernier ajout : vendredi 22 novembre 2019, 13:04
URL de cette page : https://www.gisti.org/spip.php?article6251