TGI Créteil, 12 juillet 2000, n°2120/2000/6e
Les examens osseux admettant une marge d’erreur d’environ 1,8 an, ceux-ci ne sauraient remettre en cause les mentions de l’acte d’état civil régulièrement dressées par les autorités du pays d’origine

>> Voir en ligne : pdf/jur_TGI_Creteil_2000-07-12.pdf

(PDF, 641.6 ko)

[retour en haut de page]

Dernier ajout : mercredi 6 octobre 2010, 17:23
URL de cette page : https://www.gisti.org/spip.php?article804