RESF - Réseau éducation sans frontières

Affaire Makombo (Sens)
Vous nous prenez pour qui ?

Le 9 août dernier, apprenant que leurs deux jeunes sœurs (Naomie 10 ans et Grace 12 ans) avaient été interpellées dans le centre aéré où elles étaient en vacances et que leur mère (Congolaise, déboutée du droit d’asile) venait d’être assignée à résidence à Migennes dans l’attente de l’expulsion de la famille vers la RDC, les deux enfants aînés de Barbe Makombo, Rachel 15 ans, et Jonathan 14 ans, ont décidé de s’enfuir. Malgré leur jeune âge, leur décision n’a pas été prise à la légère. Il était hors de question pour eux de rentrer au pays où ils avaient été les témoins du martyre de leurs parents et où leur père a disparu avec quatre de leurs frères et sœurs. Ils ont ramassé quelques vêtements, pris le peu d’argent qui restait à la maison et sont partis. Après quelques jours d’errance, ils ont eu la chance de rencontrer des adultes qui, découvrant leur situation, les ont hébergés, nourris, protégés et qui continuent de le faire. Auraient-ils dû les livrer à la police pour qu’ils soient expulsés ? Cela dure depuis sept semaines. Sept semaines de cavale, sept semaines sans contact avec leur mère et leurs sœurs, sans école, sans vie sociale.

Les responsables syndicaux, associatifs et politiques signataires de l’appel Vous nous prenez pour qui ? revendiquent la protection qu’ils accordent à Rachel et Jonathan. Le Réseau Education sans frontières appelle à signer massivement ce texte afin de constituer un rempart humain pour protéger Rachel, Jonathan, Grace, Naomie et leur mère. La seule issue est la régularisation (avec un titre Vie privée et familiale) de Barbe Makombo pour lui permettre d’élever et de scolariser normalement ses enfants.


VOUS NOUS PRENEZ POUR QUI ?

Rachel (15 ans) et Jonathan (14 ans), deux des enfants de Barbe Makombo, se cachent depuis le 9 août pour échapper à l’expulsion. La police les recherche activement.

Leur mère, Congolaise, a fui la République Démocratique du Congo où son mari a disparu en 2001, victime de persécutions. Elle-même a été victime de violence sous les yeux de ses enfants. Ayant pu fuir, elle a demandé l’asile en France avec les quatre enfants qui lui restent, (les autres ayant disparu eux aussi). Il lui a été refusé, « faute de preuve » comme dans 85% des cas actuellement. En attente de son expulsion, elle est assignée à résidence jusqu’à ce que la police retrouve Rachel et Jonathan. Une fois « réunie », la famille sera renvoyée vers l’enfer (3 millions de morts depuis 1998, le viol collectif considéré comme arme de guerre).

Nous ne pouvons pas l’accepter. Nous avons retrouvé Rachel et Jonathan. Certains d’entre nous les ont aidés, cachés, hébergés, nourris et protégés de la police. Nous sommes prêts à continuer, et à faire de même pour tout enfant se trouvant dans cette situation.

23 septembre 2005

Premiers signataires : Mouloud AOUNIT (Secrétaire général du MRAP), Gérard ASCHIERI (Secrétaire général de la FSU), Jean-Jacques AVIS (Pasteur, Sens), Denis BAUDEQUIN (Secrétaire général UNSEN-CGT), Didier BERNARD (Président FCPE 92), Olivier BESANCENOT (Porte-parole de la LCR), Richard BERAUD (Secrétaire général de la FERC-CGT), Nicole BORVO (Sénatrice, PCF), Alima BOUMEDIENNE (Sénatrice, Les Verts), José BOVE (Via Campesina), Alain BUCH (Coordonnateur régional FCPE Ile de France), Marie-George BUFFET (Secrétaire nationale du PCF), Bernard CASSEN (Président d’honneur d’ATTAC France), Jean CORDILLOT (Ancien Maire de Sens), Jean-Michel DELARBRE (RESF, LDH), Michèle DESSENNE (Secrétaire générale d’ATTAC), Michel DIARD (Secrétaire général SNJ-CGT), Jean-Pierre DUBOIS (Président de la LDH), François DUFOUR (Confédération Paysanne), Georges DUPON-LAHITTE (Président de la FCPE), Nathalie FERRE (Présidente du GISTI), Gérard FILOCHE (Inspecteur du Travail), Suzan GEORGE (Ecrivain), Faride HAMANA (Secrétaire Général de la FPCE), Maurice KRIEGEL-VALRIMONT, Alain KRIVINE (LCR), Julien LUSSON (Aitec), Roger MARTELLI (Historien, directeur de Regards), Gus MASSIAH (Cedetim), Richard MOYON (Réseau Education sans frontières), Jacques NIKONOFF (Président d’ATTAC France), Stéphanie PARQUET-GOGOS (SUD Education), Maurice RAJSFUS (Observatoire des Libertés publiques), Régine TASSI (ATTAC - Education), Claire VILLIERS (Conseillère régionale Ile de France)

> Signer la pétition sur le site web du RESF

> Télécharger la pétition


Réseau Education Sans Frontières / Réseau des militants, collectifs d’établissements, syndicats et associations pour l’information et le soutien aux jeunes scolarisés étrangers sans papiers / educsansfrontieres@free.fr / www.educationsansfrontieres.org C/o EDMP Impasse Crozatier 75012 Paris

Organisations membres du « Réseau Éducation sans frontières » (au 18 sept. 2005) :
Mouvement associatif (local et national) : ADN (Association pour la démocratie - Nice), AITEC (Association Internationale des Techniciens, Experts et Chercheurs, Groupe contre la criminalisation des familles), AMF (Association des Marocains en France), Amhiti (réfugiés haïtiens), A.S.A.V. (Association pour l’Accueil des Voyageurs - 92), Association « En-Temps » (service des mineurs étrangers isolés), Association Française Janusz Korczak (AFJK), Association Intercapa Solidarité Etudiants Etrangers, Association Sar-Phirdem, ATTAC-France, CEDETIM, CIMADE (Service œcuménique d’entraide), Cinquième zone, Collectif Cetace (Créteil), Comité de défense des droits des sans-papiers (59), Comité de soutien aux tsiganes du 93 Collectif des sans papiers de Seine Saint-Denis (93), Collectif des sans-papiers des Hauts de Seine (92), Collectif des sans-papiers kabyles de France (CSPK), 3ème Collectif des sans-papiers de Paris, Coordination nationale des sans-papiers, CVSF, DEI (Section française de Défense des Enfants international), DAL (Droit Au Logement), Ecole Emancipée, Emancipation, FASTI, Faut qu’on s’active ! (Boulogne sur mer), FCPE (Fédération des Conseils de Parents d’Elèves de l’Ecole Publique), Femmes de la Terre, GISTI, Journal « A Contre Courant » politique et syndical (Mulhouse), ICEM Pédagogie Freinet, Identité – RROMS, Ligue de l’Enseignement, Ligue des Droits de l’Homme, MRAP, RAJFIRE (Réseau pour l’autonomie des femmes immigrées et réfugiées), Ras le Front, RCTS (Réseau de travailleurs sociaux pour l’insertion des jeunes étrangers), Réseau Chrétiens Immigrés (RCI), SUB TERRA a.s.b.l. / Mouvement syndical : CNT, FERC-CGT, FSU, Union Syndicale « Solidaires », MGM (Syndicat de la Médecine Générale) PAS 38 (Pour une Alternative syndicale – Isère), SGEN-CFDT, SUD-Culture, SUD-Education, SUD-PTT, SUD Santé-Sociaux, SEDVP-FSU (Syndicat des Etablissements Départementaux de la Ville de Paris), Syndicat de la Magistrature, UDAS (Union des Alternatives Syndicales) UNL (Union Nationale Lycéens), UNSEN-CGT / Collectifs RESF d’établissements, de villes ou de régions : CISéé (Lycée Suger Saint-Denis - 93), CISéé (Lycée Utrillo, Stains - 93), Collectif de défense des sans papiers de Villejuif (94), Collectif de l’EURE de soutien aux mineurs et jeunes majeurs scolarisés sans papiers (27), Collectif des Hauts de Seine – Sud (92), Collectif de Soutien aux Enfants de Sans-Papiers scolarisés (Orléans - 45), Comité de soutien des enfants tchétchènes de l’école Baudelaire - Paris 12°, Collectif Enfants Etrangers Citoyens Solidaires (Nantes - 44), Collectif "jeunes sans papiers" (Réseau Education Sans Frontière de l’Hérault - 34), Collectif lycée J. Vaucanson (les Mureaux 78), Collectif lycée J. Feyder (Epinay – 93), Collectif Resf Angers (49), Collectif Resf Seine Saint-Denis (93), Collectif Unitaire de Défense des Elèves, Etudiants et Enseignants Etrangers (Académie de Créteil), Club UNESCO Terre Bleue (Charenton – 94), Groupe Education Sans Frontières Voltaire (Collège-Lycée Voltaire - Paris 11°), Jean Macé Sans Frontières (Lycée Jean Macé, Vitry - 94), Lycée Jean Jaurès (Châtenay-Malabry - 92), LP Florian (Sceaux - 92), LP Gustave Eiffel (Massy - 91), Réseau Education Sans Frontières Ille et Vilaine (35), Réseau Education Sans Frontières Lyon (69/42), Réseau Education Sans Frontières Moselle (57), Réseau Education Sans Frontières Nord – Pas de Calais, Réseau Education Sans Frontières Rouen (76), Solidarité Migrants Oise (60) / Soutiens : Alternative Libertaire, LCR, Les Verts, MJS, OCML VP - Journal Partisan, PCF.


Voir aussi :


Vous pouvez retrouver ce communiqué sur le site
www.educationsansfrontieres.org

[retour en haut de page]

Dernier ajout : dimanche 4 mars 2007, 19:15
URL de cette page : https://www.gisti.org/spip.php?article828