action collective

Comité de soutien aux 1000 de Cachan
Cachan : l’espoir en miettes...

Au vu des conditions d’application de l’accord, une partie des familles sont revenus dans le gymnase, d’autres ne l’ont pas encore quitté. Il y a ce soir environ une centaine d’adultes et 50 enfants au gymnase Belle Image.

3 jours après la signature de l’accord, nous en découvrons les conditions d’application. Contrairement aux engagements pris, et contrairement à ce que l’ensemble des familles et le comité de soutien attendaient, nous assistons à la dispersion des familles du gymnase, dans des conditions inadmissibles, et sous la pression :

  • le nombre de sites envisagés est bien plus élevé que prévu, et les familles se retrouvent isolées aux quatre coins de l’Ile de France dans une quinzaine de sites différents, très éloignés, ce qui rend impossible la continuité de la scolarisation des enfants et parfois de se rendre au travail.
  • les sites d’hébergement n’ont pas été communiqués à l’avance aux familles, qui les découvrent au fur et à mesure et passent des heures dans les cars.
  • les hébergements sont pour certains, et contrairement aux promesses, des hôtels, dans lesquels il est impossible de faire la cuisine, pour certains vétustes et inaptes à l’accueil de familles avec enfants.
  • certains des hôtels ne sont réservés que pour 10 jours, ce qui met les familles dans une situation provisoire inacceptable.
  • une partie des familles n’ont pour l’instant eu aucune proposition d’hébergement.

Les conditions matérielles de l’application de cet accord n’ont été prévues ni par l’Etat, ni par ses porte-parole, qui sont pour l’heure dans l’incapacité de trouver des hébergements corrects pour l’ensemble des familles : les solutions proposées ne sont que des solutions à la petite semaine, qui ne respectent ni les promesses, ni la dignité des personnes.

Nous appelons tous ceux qui ont soutenu les expulsés du bâtiment F à venir sur place, au gymnase Belle Image, dès mardi matin :

  • pour veiller à de meilleures conditions d’application de l’accord
  • pour exiger une solution à la mesure des besoins : l’Etat doit réquisitionner un bâtiment vacant, ou mettre à disposition de le CEA de Limeil-Brévannes, pour héberger temporairement les familles jusqu’au relogement et à la régularisation de tous.

Un logement, des papiers, une école POUR TOUS !!

Cachan, le 9 octobre

Comité de soutien : AC !, ADEN, Afrique XX1, AFVS, AHSIFDA, AITEC, AJEP, ANC AMES, AMF, Alter. Citoyenne IdF APEIS, ATTAC, CADTM-France, Cimade, CNT, CDSL, Collectif des sans papier de St Bernard, CGT, CNL, CNT, Collectif de Montreuil pour les droits des sans-papiers DAL, Droits Devant !!, FCPE, Femmes solidaires, FSU, GISTI, Gener’actions unies, IACD, LDH, MIB MRAP, No Vox, Réseau IPAM, RESF, RESOCI, SOLIDAIRES, SUD Education Créteil, SURVIE, ZANADOAN 83ème avenue ... JC, LCR, LO PCF, Verts, les alternatifs, UTOPIA,... de nombreux élu(e)s du Conseil Général, du Conseil Régional et de municipalités environnantes … et de nombreux-ses bénévoles dont l’investissement quotidien permet des conditions de vie les meilleures possibles pour les expulsés du gymnase.

[retour en haut de page]

Dernier ajout : jeudi 12 octobre 2006, 16:09
URL de cette page : https://www.gisti.org/spip.php?article141