D. Revue de presse

1. Les perspectives du ministère de l’intérieur

-* Le Nouvel Observateur, 27 juillet 2012
Immigration : ce qu’adit Manuel Valls
Devant la commission des lois du Sénat, le ministre a notamment annoncé qu’il allait « revenir sur les critères » de naturalisation. Sans donner tous les détails pour l’instant. « Je m’apprête à revenir sur les critères introduits subrepticement par mon prédecesseur » a annoncé Manuel Valls mercredi 25 juillet devant la commission des lois présidée par la sénateur socialiste Jean-Pierre Sueur (la vidéo de son intervention est visible sur le site public-sénat"). Invité à présenter sa politique en matière d’immigration, le ministre de l’Intérieur a notamment affirmé vouloir faire de la nationalité "un moteur de l’intégration et non le résultat d’une course d’obstacles aléatoire et discriminante".(...)

-* Le Monde, 28 juin 2012
« Être de gauche, ce n’est pas régulariser tous les sans-papiers »
Manuel Valls, ministre de l’intérieur, définit la politique migratoire qu’il entend mener. Il annonce plusieurs circulaires : une pour mettre fin à la rétention des familles ; une autre pour uniformiser et préciser les critères de régularisation ; une troisième, enfin, pour faciliter les naturalisations. Il annonce également l’adoption d’une loi pour créer notamment un nouveau titre de séjour de trois ans. Mais il entend rester « ferme » et ne pas procéder à des régularisations massives. (...)

-* Le Journal du Dimanche, 27 juin 2012
Immigration : légère exagération de Valls sur les naturalisations
Manuel Valls a annoncé mercredi, dans un entretien au Monde, plusieurs décisions concernant l’immigration. Le ministre de l’Intérieur souhaite notamment, par le biais d’une circulaire, « inverser la tendance » à la baisse du nombre de naturalisations. Pour se justifier, il exagère les chiffres et oublie que certaines données ne sont pas encore connues. Explications.

2. De la procédure de naturalisation

-*Libération, 15 mai 2012
Naturalisation : le parcours du combattant
Il étale son dossier sur la table, en soufflant. Desserre sa cravate, fatigué. A 50 ans, Mahmoud a passé presque la moitié de sa vie en France. Ses racines et son passeport restent égyptiens. Il aimerait devenir français, être considéré comme un citoyen à part entière, voter. Mais toutes ses demandes de naturalisation ont été rejetées jusqu’ici. « Il y a de quoi craquer, vraiment. Je suis intégré pourtant, je ne comprends pas. Je vis en France depuis 1990, je ne suis jamais parti. Si j’étais américain ou européen, ce ne serait pas pareil, j’en suis certain. » Sous le quinquennat de Nicolas Sarkozy, acquérir la nationalité est devenu extrêmement compliqué. Les étrangers se heurtent à une série de barrières administratives et à l’arbitraire des préfectures. Quatre candidats à la naturalisation - Mahmoud, Adama, Amila et Alain - racontent cette course d’obstacles interminable (...)

-*Libération, 21 avril 2012
« Acquérir la nationalité française, c’est un combat »
Ils vivent en France depuis des années, ils ont construit leur vie ici ou en ont le projet. Ils aiment la nation au point de demander à en faire partie. Ils souhaitent devenir Français. Longtemps, la naturalisation fut le symbole de l’intégration réussie. Aujourd’hui, ce n’est plus le cas. Le pouvoir en place multiplie les obstacles pour limiter au maximum le nombre de naturalisations accordées, le ministre de l’Intérieur Claude Guéant se vantant même d’une baisse de 30 % entre 2010 et 2011. Les candidats à la nationalité se heurtent à une série de barrières. Déposer une demande est déjà une épreuve : heures d’ouverture des préfectures en pointillé, nombre incalculable de documents administratifs à fournir, conditions drastiques à remplir. Depuis peu, il faut aussi valider un test de langue française, niveau troisième. A ces obligations légales s’en ajoutent d’autres, variables au gré des humeurs des préfectures et des objectifs fixés par le ministère (...)

-*Télérama, 29 mai 2012
L’écrivain Gilbert Gatore se voit refuser la nationalité française
Gilbert Gatore, écrivain d’origine rwandaise vivant en France depuis l’âge de 16 ans, vient de voir sa demande de naturalisation rejetée. N’ayant plus le statut de réfugié, il risque l’expulsion. (...)

-*Le Monde Diplomatique, 8 décembre 2011
Pas de nationalité française pour le journaliste Hernando Calvo Ospina
Le 22 septembre dernier, notre collaborateur colombien Hernando Calvo Ospina s’est vu opposer par le ministère de l’intérieur une fin de non-recevoir à sa demande d’obtention de la nationalité française. Installé en France depuis vingt-cinq ans comme réfugié politique, journaliste et écrivain, Calvo Ospina est l’auteur de plusieurs ouvrages sur Cuba et sur la Colombie. Dans une lettre officielle, le sous-directeur de l’accès à la nationalité française, M. Laurent Audinet, motive le refus de sa naturalisation par ses « relations avec la représentation diplomatique cubaine à Paris » et le fait qu’il figure, depuis 2009, sur « une liste américaine de personnes interdites de survol de l’espace aérien des Etats-Unis » (...)

3. Des tests de connaissance du français

-* Le Canard Enchaîné, 26 juillet 2012
Culte par dessus tête
Pour sa demande de nationalité française, Amina a reçu une belle leçon de laïcité. Dans la liste des « centres agréés » figurait le Campus adventiste du Pérouzet qui s’enorgueillit, sur son site Internet, d’enseigner le français « dans un esprit d’amour et de partage chrétien ». C’est le nouveau rite de passage républicain ? (...)

-* Le Monde, 2 mai 2012
En quête de la nationalité française, « l’examen d’une vie »
Ils sont une dizaine à patienter devant le petit bureau d’écolier installé dans le couloir du bâtiment d’Eurosites, dans le quartier de La Chapelle, à Paris. L’examen ne commence que dans trente minutes, mais ceux-là ont préféré arriver en avance, éviter les mauvaises surprises. « L’enjeu est trop important », sourit un jeune homme noir d’une vingtaine d’années, veste de cuir sombre et jean serré, avant de se replonger dans sa lecture de Candide. Depuis le 1er janvier, tous les aspirants à la naturalisation française qui n’ont pas obtenu de diplôme en France doivent prouver leur maîtrise du français « d’un niveau égal ou supérieur au niveau requis », à savoir le niveau de fin de scolarité obligatoire. Seuls quatre organismes sont habilités par le ministère de l’intérieur à délivrer le précieux sésame. Ce mardi 24 avril, ils sont 78 candidats inscrits pour l’examen d’évaluation, proposé ici par l’entreprise américaine ETS Global (...)

-* Le Monde, 13 octobre 2011
« Les naturalisés devront prouver leur maîtrise du français »
A partir du 1er janvier 2012, les futurs naturalisés devront prouver leur maîtrise de la langue pour devenir français, indiquent deux décrets parus mercredi 12 octobre au Journal officiel. « Tout demandeur doit justifier d’une connaissance de la langue française, caractérisée par la compréhension des points essentiels du langage nécessaire à la gestion de la vie quotidienne et aux situations de la vie courante, ainsi que par la capacité à émettre un discours simple et cohérent sur des sujets familiers dans ses domaines d’intérêt », énonce le décret du ministère de l’intérieur et de l’immigration. Comme le prévoit la loi sur l’immigration de juin, le niveau ne sera plus évalué (...)

4. Entretiens d’assimilation

-*CCIF (collectif contre l’islamophobie en France), 24 janvier 2013
« Trop musulman pour être français ? »




[retour en haut de page]

Dernier ajout : mardi 29 janvier 2013, 10:59
URL de cette page : https://www.gisti.org/spip.php?article2773