action collective

Délit de solidarité
Garde à vue pour quatre passagers du vol Paris-Brazzaville

Mercredi 16 avril, quatre passagers du vol Air France, AF 896 pour Brazzaville (Congo) ont été placés en garde à vue pour avoir manifesté leur solidarité avec deux ressortissants congolais en instance d’expulsion sur ce même vol.

Parmi eux, André Barthélemy, Président de l’ONG de solidarité internationale Agir ensemble pour les droits de l’Homme se rendait en mission à Brazzaville.

André Barthélemy est membre de la Commission Nationale Consultative des Droits de l’Homme (CNCDH), institution nationale de protection des droits de l’Homme qui alerte et conseille le gouvernement dans ce domaine.

Ils ont été maintenus en garde à vue de 12h30 à 21h30 sous l’accusation « d’entrave à la circulation d’un aéronef » et « d’incitation à la rébellion ». On ignore si des poursuites seront engagées à leur encontre.

Les associations signataires condamnent et s’opposent aux sanctions qui s’appliquent aux personnes coupables du délit de solidarité. Elles apportent leur soutien aux quatre passagers mis en cause et à tous ceux qui sont poursuivis pour s’être indignés du sort de milliers de personnes contraintes de regagner leur pays par la force.

Le 18 avril 2008

Signataires : Anafé, Cimade, Gisti

[retour en haut de page]

Dernier ajout : mardi 22 avril 2008, 10:36
URL de cette page : https://www.gisti.org/spip.php?article1129