RESF - Réseau éducation sans frontières

Félicitations au ministre de la rafle, du drapeau et de la circulation routière

« Il se libère de ses menottes à la première tentative d’expulsion, à la deuxième,
il déclenche une tempête de neige qui paralyse l’Ile de France,
cessons de provoquer la colère de M. Zhang Jian Hai
 ».

Monsieur Hortefeux, ministre de l’Intérieur, de la Rafle et du Drapeau et de la Circulation routière est l’objet de critiques injustes sur la façon dont il gère la situation en Ile de France depuis 24 heures. Certes, des dizaines de kilomètres de routes, de voies rapides et d’autoroutes sont encombrées d’une neige traîtreusement tombée en décembre, certes des centaines de poids lourds stationnent sur le bas-côtés ou, pour certains, carrément en travers des chaussées, des centaines de voitures ont dû être abandonnées par leurs occupants, des milliers, peut-être des dizaines de milliers d’usages (7 à 8 000 rien qu’à Vélizy -78-) n’ont pas pu rentrer chez eux et ont été hébergés dans des gymnases, des entreprises, des centres commerciaux.

Mais le ministre veille et ses services font leur devoir. La preuve ? Bravant les intempéries, défiant blizzard et congères, les policiers de la glorieuse Police aux Frontières ont, le 8 décembre, héroïquement convoyé M. Zhang Jian Hai de la prison pour étrangers de Vincennes à l’aéroport de Roissy pour tenter une seconde fois de l’expulser. Ce père chinois d’un bébé de 10 mois qui travaille dans la confection avait subi une première tentative d’expulsion le 2 décembre. Fidèles aux consignes ministérielles de « fermeté et de justice », les policiers ont pris la précaution, de lui confisquer son téléphone portable (ce qui est illégal, les retenus devant avoir la possibilité de correspondre librement), de lui refuser toute nourriture et de lui passer les menottes, de lui lier les pieds, de le porter et de le déposer à terre, comme un paquet, à chaque déplacement. Jusqu’au dernier moment, jusqu’à l’ensevelissement de l’aéroport sous la neige, le ministre a exigé que la police accomplisse son devoir et essaye de trouver de la place pour M. Zhang Jian Hai et son escorte. La mauvaise volonté de la météo a empêché provisoirement le ministre de remplir sa mission. « L’immigration illégale doit baisser et elle baissera » assure-t-il en manchette virile dans Le Figaro du 8 décembre. C’est un homme de parole : les routes sont enneigées, les camions immobilisés, les automobilistes abandonnés mais M. Zhang Jian Hai sera expulsé comme tous ceux dont M. Hortefeux a ordonné l’arrestation pour atteindre le nombre d’expulsions fixé à l’unité près par celui dont il est le collaborateur zélé.

Reste plus qu’à le faire mentir.

Le 9 décembre 2010
Vendredi 10 décembre : ZHANG Jian Hai a été libéré le 10/12/2010. Maintenu en rétention 22 jours, ayant subi deux tentatives d’expulsion, M Zhang a finalement été libéré au terme de sa période de rétention.
Le RESF se réjouit de cette issue. Mais comme tout un chacun, il regrette qu’il ait fallu faire endurer la prison à un jeune homme de 29 ans, père d’un bébé de 10 mois, des épisodes d’embarquement d’une extrême violence, des semaines d’inquiétudes et de souffrance à toute une famille pour en arriver là. Il remercie et félicite tous ceux, nombreux et variés, qui se sont mobilisés pour empêcher que l’inacceptable se produise. Ce qui a été fait pour Zhang devra l’être aussi pour tous ceux qui suivront. Jusqu’à ce que la loi change.

> Pétition
> Appel à fax/mail
> Communiqué


Vous pouvez retrouver ce communiqué sur le site
www.educationsansfrontieres.org

[retour en haut de page]

Dernier ajout : lundi 13 décembre 2010, 12:55
URL de cette page : https://www.gisti.org/spip.php?article2117