action collective

Campagne Ile de France contre les atteintes aux droits et à la dignité des personnes dans les préfectures
Un élan de solidarité et un message clair aux préfectures et au gouvernement !

Les 7 et 8 décembre, c’est par centaines que des citoyens, des militants associatifs et syndicaux, des élus sont venus manifester leur solidarité avec les étrangers le long des files d’attente des différentes préfectures et lieux d’accueil des demandeurs d’asile d’Ile de France.

Dans plusieurs villes, grâce à la générosité des participants (ou d’une municipalité comme à Bobigny), un « petit déjeuner solidaire » a pu être offert à toutes les personnes qui faisaient la queue depuis des heures, certains depuis la veille, en espérant perdre le moins possible de leur journée de travail ou de cours. A Evry, Nanterre, et Paris, l’opération s’est accompagnée d’une aubade au préfet dans l’espoir que la musique adoucisse vraiment les mœurs ! A Créteil et Bobigny des travailleurs sans papiers en lutte s’étaient joints au rassemblement.

Le scandale récurrent des files d’attente

Les manifestants ont dénoncé le scandale le plus visible : celui des files, souvent sans aucun aménagement de la zone d’attente, un accueil indigne que l’insuffisance des moyens ne suffit pas à expliquer. A Antony, ils ont mis en place et inauguré un WC public installé dans la nuit et décoré d’une pancarte « Sanisette Chez Claude », hommage modeste à celui qui décide ce qui sera ou ne sera pas « bien » pour les étrangers. Etrangement, cet équipement sanitaire indispensable et apprécié a été enlevé dans les heures qui ont suivi par la police… Là comme ailleurs, les associations, les syndicats, les élus refusent que des personnes dorment dans la rue, dans le froid pour accéder à un service public. Ils demandent à l’Etat de prendre des mesures pour que cesse cette humiliation. Ils refusent que les agents des préfectures soient instrumentalisés pour servir une politique clairement xénophobe et inhumaine. A la souffrance des étrangers s’ajoute souvent la leur.

De multiples formes de « maltraitance »

Au cours de ces actions, de nombreux témoignages ont été recueillis, par les militants et par les journalistes présents. Ils confirment à quel point les étrangers sont mal traités dans les préfectures : manque d’information, refus de dossiers, obligation de démarches répétitives, dossiers qui s’accumulent, délais de réponse démesurés, multiplication des titres précaires (dont le renouvellement fréquent augmente mécaniquement les files), non respect des procédures, etc.

Les effets d’une logique politique

Partout les situations humaines sont examinées au prisme des quotas, du soupçon et de la « lutte contre l’immigration » : un thème emprunté de longue date au Front National. Même les demandeurs d’asile venant de zones de conflit ou les étrangers gravement malades peinent à faire reconnaître la légitimité de leur demande. Au lieu de favoriser l’intégration et le vivre ensemble, de régulariser davantage de personnes insérées dans la société française avec des titres stables (résident = 10 ans), on multiplie les refus (OQTF) ou les titres d’un an, voire les autorisations provisoires de trois mois, parfois sans autorisation de travail. On précarise les étrangers, on encourage le travail non déclaré, on crée une somme de malheurs individuels.

Les associations et syndicats, comme les citoyens et élus qui les soutiennent, l’ont affirmé clairement : c’est aussi cette logique qu’il faut changer et c’est le message qu’ils ont porté ou qu’ils porteront lors des audiences en préfecture, mais aussi en poursuivant cette campagne,

notamment, pour beaucoup d’entre eux, en défilant ensemble le 18 décembre,
journée internationale pour les droits des migrants, derrière la banderole
« Assez d’atteintes aux droits et à la dignité des personnes dans les préfectures ».


Paris, le 14 décembre 2012

Photos et vidéos des rassemblements :

Préfecture de Melun (77)
Suite au rassemblement devant la préfecture de Melun du 8 décembre :
1) Article du parisien
2) Reportage sur Canal coquelicot

Préfecture de Versailles (78)
diaporama de photos prise mercredi matin devant la préfecture

Préfecture d’Evry (91)
Les superbes photos de Jean-Claude prises le 8 décembre

Sous préfecture d’Antony (92)
LA VIDEO du rassemblement (également ici)

Préfecture de Bobigny (93)
Une des interventions devant la préfecture filmée par Téléliberté

L’appel initial : « Assez d’atteintes aux droits et à la dignité des personnes dans les préfectures ! », à l’appel d’Act Up Paris, AIDES, Amoureux au Ban Public, Appui Rwanda, ARDHIS, ATMF, Centre Anacaona des Droits humains et des Libertés des Haïtiens, CFDT, CGT, CGT Educ’action, Chrétiens & Sida, CIMADE, Collectif des musulmans de France, COMEDE, Coordination nationale des Sans Papiers, Dom’Asile, FASTI, Femmes Egalité, FERC CGT, France Terre d’Asile, FSU, GISTI, LDH, MRAP, Observatoire du Droit à la Santé des Etrangers, PAFHA, RESF, Romeurope, SAF, Sud Intérieur, Union syndicale Solidaires, ainsi que de nombreux partis politiques et personnalités ainsi que d’associations locales.

[retour en haut de page]

Dernier ajout : vendredi 16 décembre 2011, 18:21
URL de cette page : https://www.gisti.org/spip.php?article2491