Communiqué des exilés et des travailleurs sociaux du CAO de Gelos

Un accueil digne pour les demandeurs d’asile, et non aux expulsions en PRADHA

Collectif « Des Hommes avant tout »

Les résidents du centre d’accueil et d’orientation situé à GELOS ont été informés que la fermeture du centre, dans lequel certains sont accueillis depuis plus d’1 an, sera effective au 31 décembre 2017.

Pour pallier à cette fermeture, l’OFII (Office Français de l’Immigration et de l’Intégration) proposera un hébergement en logements individuels pour les personnes ayant obtenu le statut de réfugié. Pour les autres personnes (demandeurs d’asile en procédure normale et en procédure DUBLIN) une orientation est prévue sur le nouveau dispositif d’accueil des demandeurs d’asile dit PRADHA (Programme d’accueil et d’hébergement des demandeurs d’asile). Les PRADHA (dont celui de Pau et Séméac) sont gérés par la société ADOMA. Les conditions d’accueil des PRADHA récemment ouverts ont déjà démontré la grande précarité du logement et de la prise en charge des personnes.

En effet, alors que les CAO étaient ouverts avec « un prix de journée de 25 euros par personne », les PRADHA fonctionnent avec « un prix de journée de 16 euros » seulement. Les conséquences de cet hébergement discount sont multiples :

  • Accompagnement social quasi inexistant ; or les personnes en demande d’asile ont besoin de connaître leurs droits concernant les démarches auprès de l’OFPRA, la Préfecture, la CNDA, ainsi que sur leurs droits sociaux. Ce qui est crucial pour l’intégration des demandeurs d’asile dans la société Française.
  • Aucun budget pour l’interprétariat ; les démarches administratives sont cruciales pour garantir l’accès aux droits relatifs aux des demandeurs d’asile.
  • Assignation à résidence des personnes en procédure Dublin, en collaboration avec la Police aux frontières pour faciliter les transferts vers les pays concernés. Conditions d’hébergement très précaires et restrictives (chambres exiguës, pas d’espaces collectifs, 1 machine à laver pour 80 personnes, faible accès à internet, interdiction de sortie entre 22h et 8h, expulsion du PRADHA après trois jours d’absence, etc.).

De nos jours, comment appellerai-t-on un centre d’hébergement où les personnes sont obligées de respecter une assignation à résidence, sous la menace d’une expulsion. Un lieu où les libertés individuelles sont restreintes, et les droits bafoués au quotidien. Les personnes actuellement hébergées au CAO de Gelos sont conscientes de la situation d’accueil des PRADHA et de la non prise en charge de leurs droits sociaux au sein de ces derniers. Ainsi, le collectif sollicite un rendez-vous avec M. le Préfet des Pyrénées-Atlantiques avant le 7 décembre 2017, afin de pouvoir envisager une solution d’hébergement plus proche de l’accueil PROMIS INITIALEMENT dans l’accompagnement des demandeurs d’asile (CADA – Centre d’accueil des Demandeurs d’Asile – ATSA – Accueil Temporaire Service de l’Asile).

Une mobilisation des associations et collectifs locaux sera organisée le vendredi 8 décembre à 15h, devant la Préfecture, en cas de refus de recevoir le Collectif ou de proposer aux résidents un hébergement digne.

A Gelos, le 29/11/2017

[retour en haut de page]

Dernier ajout : lundi 4 décembre 2017, 12:15
URL de cette page : https://www.gisti.org/spip.php?article5773