Recours en annulation et référé-suspension contre les décisions du préfet de police relatives à l’enregistrement des demandes d’asile

Ce contentieux fait suite à l’ordonnance du tribunal administratif de Paris du 25 novembre 2019 par laquelle, saisi par plusieurs exilés et plusieurs organisations, il a enjoint à l’Ofii et au préfet de police de prendre une série de mesures permettant d’améliorer le dispositif d’enregistrement des demandes d’asile.

La Cimade, l’Ardhis, le Gisti, l’Acat, Dom Asile, JRS France, la LdH, Utopie 56 et le Secours Catholique ont donc déposé le 22 décembre une requête devant le même tribunal tendant à l’annulation des directives régionales d’orientation et des décisions d’organisation et de procédure du préfet de police relatives à l’enregistrement des demandes d’asile, accompagnée d’un référé-suspension. Il est également demandé au juge d’enjoindre au préfet de réexaminer de prendre toutes mesures utiles nécessaires pour le plein respect des délais prévus par le Ceseda pour déposer une demande d’asile, notamment en prévoyant une réorganisation des services.

Parallèlement, les mêmes organisations ont déposé une requête en annulation contre la décision de l’Ofii créant une plateforme téléphonique en Ile-de-France pour la prise de rendez-vous en vue de l’enregistrement des demandes d’asile.

Par une ordonnance du 10 janvier 2020, le tribunal a rejeté la demande tendant à obtenir en référé la suspension des décisions d’organisation et de procédure de l’enregistrement des demandeurs d’asile prises par le préfet, estimant que l’existence de ces décisions n’était pas démontrée.

Référé-suspension contre décisions du préfet de police
Recours en annulation des modalités d’enregistrement des demandes d’asile
TA Paris, 10 janvier 2020

[retour en haut de page]

Dernier ajout : mercredi 15 janvier 2020, 09:04
URL de cette page : https://www.gisti.org/spip.php?article6290