Guyane : annulation de décisions fixant le Suriname comme pays de renvoi de Chinois


Les décisions qui suivent sont importantes car la préfecture procède régulièrement à des éloignements vers le Suriname de personne qui n’en sont pas ressortissantes et n’y sont pas légalement admissibles. Pourtant le Suriname n’a jamais signé d’accord de réadmission avec la France et les autorités consulaires ne sont même pas consultées en vue d’un sauf-conduit.

Cour administrative de Bordeaux, 11 mai 2015, n°14BX03064

Une OQTF ait été prise le 27 décembre 2013 à l’égard de Monsieur X, de nationalité chinoise ; il avait été éloigné vers le Suriname le 2 décembre 2013.

Monsieur X ne conteste pas l’OQTF mais la décision préfectorale de renvoi à destination du Suriname.
En effet l’OQTF avait prévu la Chine comme pays de renvoi ; mais en procédant au renvoi vers le Suriname l’administration avait pris implicitement une décision de renvoi vers ce pays frontalier.

Le TA de Cayenne avait rejeté une requête en annulation de cette décision implicite. La Cour d’appel annule ce jugement.

Cette décision violait en effet l’article L.513-2 du Ceseda puisque M. X ne possédait qu’un passeport délivré par un consulat chinois et n’était pas légalement admissible par le Suriname.

Décisions analogues ultérieures

  • TA de la Guyane, 19 novembre 2015, n° 1500821
  • TA de la Guyane, 19 novembre 2015, n° 1500822
  • TA de la Guyane, 7 décembre 2015, n° 1500898
(PDF, 2.4 Mo)
(PDF, 406.2 ko)
(PDF, 515.2 ko)
(PDF, 436.7 ko)

[retour en haut de page]

Dernier ajout : lundi 4 janvier 2016, 16:08
URL de cette page : https://www.gisti.org/spip.php?article4943