Référé-liberté pour demander la fermeture des locaux de la PAF de Menton

Le Gisti et dix autres associations sont intervenus volontairement à l’appui d’une requête en référé liberté déposée par l’Anafé et Médecins du monde devant le tribunal administratif de Nice pour exiger la fermeture immédiate des locaux attenants à ceux de la police aux frontières de Menton pont Saint-Louis ou, à titre subsidiaire, la suspension de la décision du 29 décembre 2020 du préfet des Alpes-Maritimes refusant aux associations l’accès à ces locaux.

Cette requête se situe dans le prolongement des contentieux engagés en novembre et décembre 2020 devant les tribunaux administratifs de Nice et de Marseille. Les juges des référés avaient déjà, dans les deux cas, suspendu de précédentes décisions préfectorales refusant aux associations l’accès aux locaux de la PAF.

Par une ordonnance du 4 mars 2021 le juge des référés du tribunal administratif de Nice n’a pas fait droit à la demande de fermeture des locaux. Il a toutefois enjoint au préfet de prendre, dans un délai de huit jours, une nouvelle décision autorisant l’accès ponctuel à ces locaux des associations requérantes, « selon des modalités, établies en concertation avec lesdites associations, permettant la conciliation de leurs droits avec l’impératif de bon fonctionnement desdits locaux ».

Les associations requérantes ainsi que les organisations intervenantes ont donc décidé faire appel de cette décision devant le Conseil d’État.

Requête référé liberté Anafé-MdM
Intervention volontaire TA Adde et autres
TA Nice, ordonnance du 4 mars 2021
Requête appel CE PAF Menton
Intervention volontaire CE Adde et autres
Mémoire en réplique Anafé et MDM

[retour en haut de page]

Dernier ajout : lundi 12 avril 2021, 12:44
URL de cette page : https://www.gisti.org/spip.php?article6560