Suite de la campagne anti-rétention 2004-2005
Soutien aux quatre webmestres poursuivis par Bouygues
Audience le 12 février 2010 au Palais de Justice de Paris

En décembre 2004, dans le cadre de la campagne anti-rétention menée par plusieurs associations, des textes dénonçant la participation de la société Bouygues aux chantiers de construction des centres de rétention ont été diffusés. Appelant au lancement d’un mouvement de protestation contre l’entreprise, ces textes, inscrits dans la campagne anti-rétention qui s’est déroulée de novembre 2004 à avril 2005 ont été reproduits sur les sites CNT, Indymedia, Pajol et Réseau anti-pub. En janvier 2005, la société Bouygues a porté plainte contre cette diffusion.

Aujourd’hui, après cinq ans d’instruction, quatre personnes, à l’époque administrateurs techniques des sites indymedia, pajol et réseau anti-pub, dont une membre du Gisti, sont renvoyées en correctionnelle, pour « provocation directe, suivie d’effet, à la commission de destructions, dégradations et détériorations dangereuses pour les personnes ».

Alors que des peines très lourdes viennent d’être requises, au terme d’un procès mené entièrement à charge, contre dix personnes accusées d’avoir mis le feu au CRA de Vincennes,

Alors qu’en s’apprêtant à ouvrir le plus grand camp de rétention de France - 240 places - au Mesnil Amelot (93), le gouvernement persiste dans une criminelle logique du chiffre en matière d’éloignement, faisant de l’enfermement administratif des étrangers un mode banal de la « gestion » de l’immigration,

Réclamons la fermeture des camps, et manifestons notre soutien aux quatre inculpés :

le 12 février 2010 à 13h
17e chambre correctionnelle de Paris
Palais de Justice de Paris

4 bd du Palais 75001 Paris (métro Cité)


Ajout du 12 février / 18h : à la demande d’un des avocats de la défense, l’audience est finalement reportée au 11 juin 13h30.

[retour en haut de page]

Dernier ajout : lundi 15 février 2010, 13:52
URL de cette page : https://www.gisti.org/spip.php?article1823