action collective

Le Codetras, avec le soutien du Gisti, saisit la Halde de la situation des saisonniers agricoles dans les Bouches-du-Rhône

Depuis plus de 20 ans, dans les Bouches-du-Rhône, la Préfecture et la Direction Départementale du travail appliquent sciemment une réglementation dérogatoire au droit du travail, autorisant les agriculteurs du secteur des fruits et légumes à introduire des travailleurs étrangers munis de contrats qualifiés de « saisonniers », pour des durées allant jusqu’à huit mois annuels. A l’issue du contrat, il leur est fait obligation de retourner dans leur pays, faute de quoi ils sont en situation irrégulière.

Les ouvriers marocains et tunisiens ainsi recrutés sont les piliers de l’agriculture provençale « compétitive ». Ils sont victimes d’un sous-statut, à la fois comme travailleurs temporaires et comme étrangers maintenus en permanence dans une précarité juridique. Ils sont ainsi privés à la fois de nombreux droits reconnus aux travailleurs et aux migrants, en violation du principe de non discrimination, qui est affirmé par de nombreuses conventions internationales signées par la France [1].

Ces travailleurs, présents souvent plus de la moitié de l’année dans notre pays, sont en fait des travailleurs permanents. Après vingt années de présence dans une même exploitation agricole, certains d’entre eux n’ont toujours pas accès à un titre de séjour de longue durée [2]. Toujours considérés comme des non-résidents, ils subissent des discriminations dans des domaines aussi divers que les conditions d’accès à l’emploi, à la formation et la promotion professionnelles, à la justice, à un logement décent, aux soins, à la protection maladie, à l’assurance chômage, à la retraite ainsi qu’au droit de vivre en famille. Ils vivent constamment dans la crainte que leur contrat de travail ne soit pas renouvelé.

Engagé depuis plusieurs années dans la dénonciation de ce système de main-d’œuvre, le Codetras a décidé de saisir officiellement la Halde sur la question de saisonniers étrangers sous contrat précaire [3]. Le Gisti s’associe à cette démarche, en vue de promouvoir ensemble l’égalité juridique et pratique de tous les travailleurs, saisonniers et permanents, étrangers et nationaux.

Le 7 mars 2007

Codétras (Collectif de défense des travailleurs étrangers dans l’agriculture)
Gisti (Groupe d’information et de soutien des immigrés)

Saisine de la Halde

titre documents joints :

Voir notre dossier « Le travail »

[retour en haut de page]

Dernier ajout : jeudi 8 mars 2007, 15:27
URL de cette page : https://www.gisti.org/spip.php?article838