Délinquants solidaires

Procès de Rodez : la solidarité confirmée dans ses droits

Le tribunal correctionnel de Rodez, qui le jugeait le 17 juin dernier pour « aide à l’entrée, à la circulation et au séjour irréguliers d’un étranger en France », a finalement relaxé Salimou Fofana du délit de solidarité.

Pour qu’il soit poursuivi, il faut bien que la loi le permette, contrairement à ce que prétend Monsieur Besson. Cette affaire donne donc doublement raison aux organisations qui militent pour la réforme de la loi.

Le parquet a le moyen de mener des procédures indignes, comme celle qui consiste à poursuivre un résident qui a hébergé un ami, ou conservé ses papiers. Il faut donc que la loi soit modifiée.

Mais cette procédure est tellement indigne que les juges ne sont pas allés, dans ce cas précis, jusqu’à la condamnation. La mobilisation contre le délit de solidarité porte donc ses fruits.

Nos organisations se réjouissent que le tribunal de Rodez ait considéré que la solidarité n’est pas un délit, et demandent la modification de la loi CESEDA.

24 juillet 2009

Signataires : Acat, Cimade, Comede, Emmaüs France, Fédération Entraide Protestante, Fnars, Gisti, La Halte Saint Jean, Hors la Rue, Ligue des droits de l’Homme, Médecins du Monde, Mrap, Saf, Secours Catholique, SOS Racisme


Vous pouvez retrouver ce communiqué sur le site
www.delinquants-solidaires.org

Voir notre dossier « Les délits de la solidarité »

[retour en haut de page]

Dernier ajout : vendredi 24 juillet 2009, 14:21
URL de cette page : http://www.gisti.org/spip.php?article1634