APF, RESF
Ardi Vrenezi et toute sa famille autorisés à revenir en France
Le rapatriement par un vol sanitaire s’impose

Suite au communiqué APF-RESF du 21 juillet 2011 annonçant la délivrance de visas à Ardi Vrenezi et à ses parents, les services de M. Guéant déclaraient à l’AFP « Le ministère de l’Intérieur a réfuté vendredi l’affirmation du RESF et de l’APF selon laquelle la sœur et le frère de l’adolescent, âgés respectivement de 18 et 14 ans, n’avaient pas obtenu de visas. "Il n’a jamais été question que le frère et la soeur d’Adri Vrezeni ne puissent pas obtenir de visas", a affirmé vendredi matin le ministère. »

Pourtant, joints au téléphone le 22 juillet vers 14h, Asllan Vrenezi, le père d’Ardi et sa sœur, Mimoza n’avaient toujours pas de visas pour Mimoza et Eduardi. Ce n’est que vers 15h que l’ambassade de France à Pristina leur a annoncé que des visas seraient délivrés à toute la famille.

Il faut maintenant aller jusqu’au bout : l’état de santé d’Ardi Vrenezi ­­–l’état auquel l’absence de prise en charge voulue par les ministres et le président de la République l’a réduit, pour dire les choses clairement— rend indispensable son rapatriement par un vol sanitaire avec une assistance médicale. Pour expulser Ardi et sa famille, l’Etat français avait mobilisé des dizaines de fonctionnaires, une noria de véhicules, un équipage et un avion spécial.

Nous demandons que le rapatriement d’Ardi et de sa famille se fasse dans les conditions qu’impose son état de santé. Ardi sera d’ailleurs immédiatement hospitalisé pour un bilan après 14 mois de privation de prise en charge adaptée.

Le 23 juillet 2011

Signataires :

[retour en haut de page]

Dernier ajout : lundi 25 juillet 2011, 16:38
URL de cette page : https://www.gisti.org/spip.php?article2339