action collective

Contre la politique de maltraitance institutionnelle des jeunes étranger∙e∙s isolé∙e∙s à Paris
Rassemblement & pique-nique le 14 juin 2013

Partout en France, des Conseils généraux, auxquels la loi confie la protection de l’ensemble des mineur∙e∙s en danger, expriment leur réticence à prendre en charge les jeunes isolé∙e∙s étranger∙e∙s, qu’ils soient mineur∙e∙s ou au tout début de leur majorité. En 2011, celui de la Seine-Saint-Denis s’est même déclaré en grève de cette prise en charge, tandis que les Conseils généraux de l’Ille-et-Vilaine, du Maine-et-Loire, de l’Eure-et-Loir ou des Alpes-Maritimes ont, entre autres, menacé de cesser aussi toute prise en charge.

À Paris, la situation est telle qu’un collectif d’organisations a dû créer une permanence juridique spécialisée - l’Adjie (Accompagnement et Défense des Jeunes Isolé∙e∙s Étranger∙e∙s) - pour permettre aux victimes de la politique aujourd’hui indigne de la capitale de faire valoir leurs droits, y compris devant les tribunaux. En seulement sept mois d’activité, quelques 300 dossiers ont été ouverts. Par ailleurs, certaines de ces organisations ont demandé au Défenseur des droits de se saisir de la question.

Il s’agit rien moins que d’une maltraitance institutionnelle à caractère discriminatoire car elle concerne les seuls jeunes isolés étrangers. Aucun département récalcitrant ne met en effet en cause son soutien aux jeunes français dans une situation similaire.

Lorsque les mineur∙e∙s et les jeunes majeur∙e∙s isolé∙e∙s sont pris en charge par l’ASE, c’est souvent de façon minimaliste, sans accès à l’éducation ou à l’aide de prétendues formations qui ne débouchent sur aucune réelle qualification. Leur accompagnement social est largement fictif. Face à ce contexte, le Défenseur des droits a dû rappeler l’illégalité de ces pratiques dans ses recommandations du 19 décembre 2012.

Contre cette politique de maltraitance institutionnelle
et cette discrimination

Rassemblement le vendredi 14 juin 2013, à 15h30
devant l’ASE de Paris, à la hauteur du métro Montgallet

suivi d’un pique-nique
à partir de 18h au jardin Villemin,
Paris 10ème (métro Gare de l’Est)



Organisations signataires : ADDE, Admie, AutonoMIE, Centre Primo Levi, CGT Educ’Action Paris, CNT Santé Social, Collectif de soutien des exilés du 10ème, Collectif de vigilance pour les droits des étrangers Paris 12, FASTI, FTCR, FSU 75, GISTI, Journal du Droit des Jeunes, la Voix De l’Enfant, LDH Fédération de Paris, MRAP, RESF Ile-de-France, SGEN-cfdt, Snpes-PJJ-FSU, SUD CG 93, SUD MJC Paris, Fédération Sud Santé Sociaux, Syndicat de la Magistrature, Union syndicale Solidaires

Avec le soutien de : EELV Paris 10, NPA, Parti de Gauche, PCF Paris 10.

Voir notre dossier « Les mineurs isolés étrangers (MIE) »

[retour en haut de page]

Dernier ajout : vendredi 14 juin 2013, 14:10
URL de cette page : http://www.gisti.org/spip.php?article3109