Retour sur la soirée « Liberté de circulation » du 5 juin 2017 au Trianon : Merci à toutes et à tous !

Le 5 juin 2017 se déroulait au Trianon une très belle soirée « Liberté de circulation » en soutien au Gisti, à laquelle participèrent près de 1.500 personnes, dont 300 exilé.e.s invité⋅te⋅s pour l’occasion. Cette soirée a rapporté près de 14.000€ à l’association et lui a également permis de sensibiliser un large public à l’urgente nécessité de permettre la liberté de circulation et d’installation de toutes et tous.

Depuis plus de quarante ans, le Gisti se bat pour l’égalité des droits et contre toute forme de discrimination.

Le Gisti défend les étrangers et les étrangères, les aide à faire valoir leurs droits en les informant, en les conseillant, en les aidant à aller en justice. Mais aussi, il cherche à informer le plus largement possible des conséquences des politiques migratoires.

Le constat que fait le Gisti, avec bien d’autres qui partagent ses analyses et ses combats, c’est que la politique d’immigration suivie depuis 40 ans, toute entière fondée sur la fermeture des frontières, a pour conséquence de bafouer les droits de l’homme, à commencer par le droit d’asile.

Cette politique choisie par les pays européens et par la France, sans jamais tenter d’imaginer une autre alternative, à des conséquences humaines désastreuses.

Elle contraint les personnes qui fuient les persécutions, les guerres, les catastrophes naturelles à mettre leur vie en péril, comme les drames en Méditerranée ne cessent de nous le rappeler.

Elle sépare les familles.

Elle maintient dans la précarité et l’illégalité des centaines de milliers de personnes en France et ailleurs en Europe.

Elle malmène ceux et celles qui cherchent asile comme les camps à Paris, à Calais notamment nous le rappellent.

Elle maltraite les mineurs étrangers isolés victimes d’une politique de suspicion et de répression et souvent exclus du système de protection de l’enfance.

Elle conduit à l’enfermement des enfants en centre de rétention.

Elle conduit à poursuivre pénalement les personnes qui cherchent à leur porter secours comme en témoignent les procès pour délit de solidarité qui se multiplient et dont on a eu des exemples récents ces jours-ci encore à Calais ou à Nice.

C’est parce que nous sommes convaincu.e.s que la liberté et l’égalité ne valent rien si elles sont réservées à quelques privilégiés que nous défendons la liberté de circulation.

Des droits aussi fondamentaux que la liberté de se déplacer, de travailler, de demander l’asile ou tout simplement de vivre auprès de ceux qu’on aime ne peuvent être réservés aux seules personnes qui ont la chance de détenir un passeport d’un pays riche.

Cette politique est fondée sur une discrimination éthiquement inacceptable.

C’est parce que nous sommes plus que jamais convaincu.e.s que d’autres choix politiques sont possibles que nous revendiquons la liberté de circulation comme seule option possible - sans angélisme et bien au contraire avec beaucoup de réalisme face au constat d’échec des politiques répressives menées depuis des dizaines d’années.

La soirée « Liberté de circulation » organisée au Trianon le 5 juin 2017, le débat, le concert grâce aux artistes qui ont choisi de nous soutenir nous ont permis de partager cette conviction avec un large public.

Elle s’est ouverte par une table ronde qui réunissait, pour parler de la liberté de circulation aux côtés de membres du Gisti, Yousif Mohammed, écrivain et poète soudanais, étudiant à Paris, demandeur d’asile, Muneim Rahama, poète soudanais condamné à mort dans son pays, réfugié à Paris, et Patrick Chamoiseau, dont le dernier livre, « Frères migrants » se conclut par la Déclaration des poètes, vibrant appel de soutien et de solidarité envers les personnes migrant.e.s.

Nous avons la conviction qu’un nouveau choix politique en matière d’immigration s’impose, qu’il est plus que temps de se donner les moyens d’y réfléchir vraiment.

Le concert a été riche en émotion et en discours. Des artistes engagés et prêt à défendre la cause qui nous à toutes et tous rassemblées ce soir là :

  • ARTHUR H
  • BIBI TANGA
  • FLAVIA COELHO
  • GAËL FAYE feat. Samuel Kamanzi & Jenrian
  • INFECTICIDE
  • LA DAME BLANCHE
  • LOST
  • TIE & THE LOVE PROCESS
  • BACHAR MAR KHALIFÉ

La lecture par des artistes et des militants des poèmes de Patrick Chamoiseau a été un moment très fort de la soirée.

Merci au public d’être venu, ainsi qu’à toutes celles et ceux sans qui cette soirée n’aurait pas pu avoir lieu :

Merci tout d’abord à Abel Namias qui en mettant à disposition le Trianon et son équipe a créé les conditions matérielles pour que cette soirée exceptionnelle en faveur de la liberté de circulation et en soutien au Gisti puisse être organisée.

Merci donc à toute l’équipe du Trianon : Cristelle, Claire, Raphaël, Math, Joey, Victor, les gens à la régie, le son, la lumière, les personnes derrière le bar, à l’entrée et les gens derrière la scène qu’on n’a pas vus .

Merci à Emilie Léa Rodière pour avoir assuré la régie de production pour cette soirée, c’est-à-dire l’organisation concrète du concert.

Merci à Christian Olivier pour sa réalisation au sein des Chats pelés de l’affiche du concert et de sa fidélité aux actions du Gisti et en faveur de la liberté de circulation.

Merci à Fréderica Matta d’avoir offert une affiche à l’association.

Merci à l’équipe de Tracks, le magazine d’Arte, en particulier David Combe et Elisabeth Rivière pour leurs conseils avisés et leur aide pour constituer l’affiche de la soirée et la diffusion de l’information.

Merci aussi à Habib Achour.

Merci à l’équipe de Mediapart qui nous a permis de constituer une édition spéciale sur cette soirée au sein de notre blog.

Merci aussi à Radical Cinéma, la librairie Nordest.

Merci aux blogeurs du site Makesense !

Merci enfin à tous les artistes, écrivains et poètes qui sont venus.

Merci aux membres et sympathisants du Gisti qui ont aidé à divers titres à la préparation et à la réussite de cette soirée

Aux exilés qui étaient présents lors de cette belle soirée.

Enfin un immense merci à Hind Meddeb et Valérie Osouf qui ont porté cette idée et sans lesquelles cette soirée n’aurait pu avoir lieu.

Merci à toutes et tous d’être venus en espérant que ce moment vous a convaincu qu’il est possible de réfléchir collectivement à une autre approche des politiques migratoires, de tenter d’autres solutions que celles basées sur la fermeture des frontières.

Vous trouverez ci-dessous divers documents, audio, photo, vidéo, de moments de cette soirée, autour de la table ronde et du concert, mais aussi quelques à côté.

Enfin, pour en savoir plus sur la liberté de circulation, n’hésitez pas à vous reporter à au dossier du site web : www.gisti.org/liberte-de-circulation.

Paris, le 30 juin 2017



Textes :


Audio :


Photo :


Vidéo :


[retour en haut de page]

Dernier ajout : lundi 3 juillet 2017, 09:31
URL de cette page : http://www.gisti.org/spip.php?article5692