En Amérique

2010
  • Colombie : l’accusation de rébellion a remplacé le délit d’opinion en Colombie
    Dans un entretien au journal Le Courrier, Franklin Castenada, porte-parole du Comité de solidarité avec les prisonniers politiques (CSPP), explique comment « l’accusation de rebellion a remplacé le délit d’opinion en Colombie ». Selon lui, la situation n’a pas beaucoup changé depuis les années 70, lorsque des cours militaires inculpaient les acteurs humanitaires en les accusant de rebellion. La pratique revenait à assimiler les défenseurs des droits humains à des guerilleros. La situation n’a pas beaucoup changé aujourd’hui. Des travailleurs humanitaires sont fréquemment arrêtés. Ils sont officiellement soupçonnés d’appartenir à des mouvements de guerilla, tels que les FARC. Officieusement, on leur reproche de véhiculer des critiques ouvertes du gouvernement. Le CSPP, association qui cherche à faire la lumière sur ces pratiques a du récemment fermer différentes sections de l’organisation du fait de menaces continuelles.
2009
  • États-Unis : une condamnation... asséchante !
    En Arizona, le groupe « No More Deaths » (Plus de morts) travaille depuis plusieurs années à apporter une aide humanitaire aux migrants qui franchissent la frontière entre le Mexique et les USA. Par exemple, ils placent des bouteilles d’eau en plastique (water jugs) à l’intention de ces migrants, qui sont menacés de mourir de soif au cours de leur voyage dans cette région désertique. Au cours de la dernière décennie, plus de 2 000 hommes, femmes et enfants sont morts en tentant de traverser la frontière en Arizona.
    Un militant de No More Deaths, Walt Staton, a été condamné pour « dégradation volontaire » (« knowingly littering ») de la réserve sauvage de Buenos Aires (Buenos Aires Wildlife Refuge).

[retour en haut de page]

Dernier ajout : samedi 31 décembre 2016, 16:45
URL de cette page : https://www.gisti.org/spip.php?article1669